Des ondes ? Mais quelles ondes ?

Nous, habitants de la planète Terre, baignons dans un doux nuage d’ondes électromagnétiques depuis fort fort longtemps (probablement avant même qu’Eve ne croque la pomme empoisonnée par la méchante reine).

Ces ondes ont des origines très diverses, comme les étoiles qui rayonnent, le son qui sonne ou encore le mobile qui téléphone. Elles nous traversent quasiment sans qu’on les sente, ce qui ne les empêche pas d’être chargées en énergie…. On les distingue par leur fréquence (la quantité d’ondulations dans une seconde, par exemple) ; parmi les plus hautes fréquences se trouvent les rayons X, utilisés pour la radiologie, mais aussi les UV, que l’on sait responsables de cancers de la peau.




Viennent ensuite les ondes de la lumière visible, puis des ondes dont les fréquences varient de 30MHz à 30 GHz et qui nous préoccupent aujourd’hui. C’est dans ce spectre que l’on trouve les ondes radio, mais aussi les ondes téléphoniques, les ondes émises par les mobiles, les wifi et tous les appareils connectés pour communiquer entre eux, et même les fameuses ondes du micro-onde, qui ont révolutionné la vie des ménagères du XXème siècle en permettant de cuire tous les aliments qui contiennent de l’eau, très rapidement. On serait tentés de dire que la quantité de ces ondes qui envahissent notre quotidien augmente à la vitesse… de la lumière ! Beaucoup, dans la communauté scientifique et médicale, s’interrogent sur les effets d’une telle exposition sur notre bien-être à moyen et long terme.